Un commerce libre et connecté

Comment le logiciel libre peut organiser votre gestion commerciale physique et virtuelle ?

La situation actuelle

Depuis 2008, beaucoup de petits commerçants courbent l’échine en attendant que la crise passe… et qu’ils y survivent !

Or, vendre sur Internet n’a pas pour seul objectif de vendre loin, selon le modèle classique du e-commerce… Cela peut également être un support commercial complémentaire au magasin physique en vue de faciliter le lien avec le client : retrait de commandes en magasin, livraison à domicile ou en dépôts, réservation de services, AMAP…

Conscients de l’intérêt de ce type de service pour le consommateur, les grands groupes et les franchises organisent leur présence sur le net et multiplient les initiatives coûteuses, même si elles s’avèrent parfois déficitaires : drives dédiés ou adossés à un magasin (click and collect), système de réservations de produits ou de services, stratégies communautaires et marketplaces se multiplient et sont autant de solutions qui créent un réel fossé avec les commerces indépendants.

Si certains commerçants essaient de s’organiser au sein des associations afin d’augmenter leur visibilité locale (à l’instar de Saint-Nazaire et de son nouveau site de commerçants de centre-ville), cela se restreint souvent à un annuaire des commerces sans réelles prises de risque : pas de ventes en ligne, peu d’interactivité… Seulement des propositions de « bons plans » avec remises commerciales et mises en avant de commerçants.

D’autres villes ont noués des partenariats avec des prestataires qui centralisent les places de marché locales au sein d’un site national (https://www.marche-prive.boutique).

Les problématiques

Les principales difficultés pour les petits commerçants : le coût des solutions proposées, la maîtrise technique du marketing virtuel (e-commerce et réseaux sociaux) et le manque de temps pour cet apprentissage et pour sa réalisation.

Le coût des solutions externalisées

De plus en plus de prestataires proposent des solutions hébergées de solutions de ventes en ligne : si le modèle économique de certaines se limitent à une prise de commission avec une intégration des produits vendus à une application centralisée favorisant le référencement des produits (ebay, google…), d’autres proposent de véritables sites e-commerce.

Ces solutions hébergées sont proposées avec 2 coûts : l’installation et la personnalisation de la boutique et, ensuite, la maintenance mensuelle. Mais attention, dans certains cas, votre base de données produits ne vous appartient pas et changer de solution impliquera soit le rachat de votre catalogue, soit la recréation de l’ensemble de vos produits sur une nouvelle application.

De plus, dans la plupart des cas, les services se limitent à une application traditionnelle de e-commerce, n’envisageant pas les fonctionnalités utiles et nécessaires à la vente locale :

  • pas de zones de livraison par code postal
  • pas de possibilité de créer des lieux de dépôts de marchandises
  • pas de calendriers de réservation ou de retrait
  • pas de caisse virtuelle (POS)
  • pas de connectivité avec des scanners de code-barres

La formation utilisateur

Les solutions hébergées généralistes n’envisagent pas de formations utilisateur.

Or, la gestion d’une telle application nécessite d’en maîtriser le fonctionnement afin d’optimiser le flux de vente : traitement des commandes, validation des paiements, animation commerciale du site (mises en avant, promotions…), communication, référencement.

Le temps alloué à ce service

La mise en place d’une solution de boutique virtuelle va nécessiter d’y allouer du temps :

  • création et maintenance du catalogue produits : gestion des fiches, création des photos
  • gestion des campagnes marketing : e-mailing (alimentation de la base prospects, maintenance de la base client), bandeaux publicitaires sur le site, mises en avant de produits…
  • gestion des commandes : validation, préparation et éventuellement expédition

De plus en plus, les applications sont conçues pour interagir avec le commerçant afin de l’aviser d’une nouvelle commande client par l’envoi d’un email et la possibilité de gérer ces commandes via une interface adaptée aux smartphones : dans ce cas, il est plus aisé de se déplacer dans le magasin et de préparer la commande.

Les solutions

Les sites e-commerce

Plusieurs solutions issues des logiciels libres coexistent sur le marché dont Prestashop, Magento ou encore Woocommerce.

Si ces applications, gratuites, remplissent toutes les fonctions traditionnelles des sites de ventes en ligne, elles permettent également d’être complétées par des fonctionnalités, parfois payantes :

  • e-marketing : mises en avant de produits, produits complémentaires ou liés, interaction avec les clients, connectivité avec les réseaux sociaux, newsletters…
  • vente locale : caisse virtuelle (POS), création de dépôts, calendrier de retrait de marchandises, gestion des livraisons par zones
  • gestion : gestion avancée des stocks

Les applications de gestion (ERP)

Pour la gestion de magasin, il existe également des solutions libres : dolibarr, Odoo (anciennement openERP).

Ces applications sont conçues pour satisfaire les fonctionnalités propres à un magasin physique :

  • CRM : gestion des prospects et client
  • Gestion des fournisseurs
  • Gestion des stocks et des réceptions
  • Gestion des commandes
  • Caisse virtuelle (POS)
  • Possibilité de connecter des scanners de code-barres
  • Facturation
  • Campagnes e-mailings…

De plus, certains prestataires ont développé des connecteurs permettant de communiquer entre applications de gestion et sites e-commerce :

  • les produits vont être créés dans l’ERP et transférés sur le site Internet
  • les commandes passées sur le site vont être transférées dans l’application de gestion afin d’être gérées.
  • Les préparations de commandes et les factures vont être validées dans l’ERP et leur statut va être mis à jour sur le site e-commerce afin d’en aviser le client.

Il conviendra, alors, de choisir d’acheter une extension au site e-commerce en vue de gérer plus finement les stocks ou d’envisager le transfert dans l’ERP.

L’avantage de cette connexion entre les 2 applications : la mise à jour en temps réel des stocks et donc de la disponibilité des produits à la vente :

  • Si un produit est vendu dans le magasin, sa quantité sera déduite du stock disponible sur le site Internet
  • Si un stock minimum a été paramétré dans l’ERP pour un produit, sa vente sur le site va engendrer une mise en commande fournisseur.